Clique sur la photo de Inversion des rôles BDSM pour passer en privé!

Tom pourrait l’admettre. Même s’il aimait les sons qu’elle émettait, la façon dont elle frissonnait sous son contact. Au fond, la question restait posée : que se passerait-il si l’on abandonnait le contrôle ?

Pourrait-elle lui faire la même chose ? Son souffle frissonnerait-il sous son toucher ou pourrait-il tout laisser derrière lui pendant un moment de perte. Ces trains de pensées auraient toujours le même résultat. Haletement, les draps s’accrochant à sa forme trempée de sueur et un bras endolori alors qu’il était étendu là, fixant son plafond.

Parfois, le désir reposait sur le bout de sa langue. Une journée difficile où il n’était tout simplement pas assez intelligent. Assez bon. Un jour où rien ne pouvait arrêter l’inévitable.

Le désir de se vider l’esprit et de laisser tous ses soucis derrière lui serait si fort. Mais les mots resteraient coincés dans sa gorge. Le moment passerait, il hausserait les épaules et continuerait à avancer vers la prochaine aventure.

Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, le problème était d’utiliser son cerveau pour une fois. Des doutes et des craintes surgissaient. Il pouvait travailler la nuit pour d’autres jours, mais être égoïste était trop lourd à porter. Janice était la personne en qui il pouvait avoir le plus confiance, mais une partie de lui avait quand même peur. Quelque chose l’arrêtait, quelque chose en lui qui ne voulait pas montrer cette petite partie faible de lui.

La peur que tout change une fois qu’il aurait admis son besoin de lâcher prise pour une fois. Cette peur l’emporterait jusqu’à ce que, l’une des nombreuses fois, sa bouche bouge plus vite que toute autre chose.

Ils se connaissaient depuis toujours et passaient la plupart de leur temps en compétition. Des jeux. Des farces. Aucun des deux n’a jamais reculé devant un défi lancé par l’autre. Pourtant, cette fois-ci, une blague a été faite et les mots sont arrivés.

“Comme si tu pouvais me battre !”

Une étincelle dans ses yeux qu’il a sentie à la base de sa colonne vertébrale. Leur lutte s’est déroulée d’une manière bien plus agréable que les années précédentes. Leurs corps en sueur s’enveloppaient les uns les autres. Des vêtements jonchaient la pièce pendant qu’ils étaient étendus, haletants, les yeux à moitié fermés. Dans ce moment d’appartenance, elle se tourna vers lui, lui donnant des coups de ventouse sur les joues pour fixer leur regard.

Il était clair que la prochaine fois, il serait à sa merci. Elle l’a dit si simplement que c’était une simple question de fait. Le sang lui monta à la tête et il y eut un fouillis de mots, mais elle se contenta de se coucher sur son épaule sans y prêter attention. Ils s’allongèrent ensemble pendant des heures avant qu’elle ne parte.

Le lendemain, il a reçu une liste annotée de conditions par e-mail. Au début, il a secoué la tête avec une exaspération profonde, qui n’a duré que le temps de lire une petite histoire porno. Aucune activité amoureuse d’aucune sorte où elle résumait tout ce qu’ils avaient fait. Même en allant jusqu’à marquer et souligner certaines choses qui n’étaient absolument pas autorisées. Mais surtout, il lui fallait attendre que ses parents partent en voyage pour le week-end.

Deux semaines. Deux semaines épuisantes où il n’avait pas le droit de la toucher. Elle a évité de le rencontrer chaque fois que cela était possible, et s’est enfuie de leur classe commune dès que la cloche a sonné. Chaque appel qui passait était rempli de mots énigmatiques et d’insinuations qui le laissaient tendu dans son jean.

A la fin des deux semaines, il était de mauvaise humeur, ses bras étaient douloureux. Et ses camarades de classe marchaient en cercle autour de lui.

Chaque soir, son esprit lui faisait penser à des solutions possibles, ce qui se terminait par un pompage presque frénétique sous les draps. Mais à chaque fois que la brume se dissipait, ses pieds retombaient sur le sol. Et le doute arrivait.

Aussi incroyable que soit Janice, elle ne pouvait pas donner vie à ses fantasmes. Il se rappelait que les débutants faisaient toujours des erreurs. Il était le dominant dans leur relation, elle n’avait aucune expérience, aucune idée de comment s’y prendre.

Quand il est arrivé à sa porte, cela a montré qu’elle n’était pas prête. Elle l’a fait entrer trop vite, l’air plus pâle que la normale. La marche vers sa chambre fut remplie d’un silence angoissé. Elle lui a dit de s’asseoir sur le côté de son lit pendant qu’elle retournait en courant à la salle de bain.

Et le voilà assis, déterminé à l’aider et à la guider. Il tapote des pieds tout en passant en revue toutes les petites choses qui pourraient l’aider. Se creusant la tête pour trouver les nombreux onglets avec des messages de conseils encore ouverts sur son ordinateur portable.

Le claquement de ses talons ne parvient à attirer son attention que lorsque le son est suffisamment proche. Le regard de côté est distrait, mais sa tête s’arrête d’un coup sec. Des talons hauts, des bas noirs transparents qui attirent l’attention sur ses longues jambes. Ses yeux suivent le motif des bas jusqu’à ce que le doux satin cède finalement la place à la peau ocre encadrée par le porte-jarretelles qu’elle porte.

Une robe vaguement nouée laisse apparaître des traces de peau alléchantes. Le tissu scintille en s’écoulant sur son corps à chaque pas. Sa main droite tient sans serrer une cravache, mais la gauche attire son regard avec un soupçon de clous écarlates qui jouent avec le bord de sa robe.

Ses hanches balancées s’arrêtent devant lui, mais son regard est saisi par ses doigts qui, en remontant du bord de son bas, tracent le bord de son porte-jarretelles. Sa robe est écartée lorsqu’elle caresse la dentelle de sa culotte.

Une tape soudaine sur le dessous de son menton lui fait tressaillir, ses yeux se lèvent enfin pour rencontrer les siens. Ses cheveux de corbeau se répandent sur le noir du satin. Et son cœur tonne assez fort pour qu’il puisse à peine entendre, ses lèvres colorées pour correspondre à ses ongles sont remontées en souriant. Un ton doux cache à peine son plaisir.

“Tu es susceptible d’attraper des mouches comme ça.”

Sa bouche se ferme d’un clic et elle hoche la tête, satisfaite qu’elle tire le jabot de son menton à sa joue. Deux coups rapides laissent une piqûre dans sa joue.

“Bon garçon”. Elle recule et virevolte sur son talon, le bord de sa robe se soulevant juste assez haut pour que son derrière sorte. “Comme ce que tu vois ?”

L’allusion à ses joues nues sous la robe suffit à le rendre muet. Un flou et une douleur aiguë, le cuir frappe la chair et il retire sa main au niveau de la piqûre. Son esprit est trop embrouillé à sa vue pour réaliser qu’il lui a tendu la main.

“Ah, ah, aah.” La légèreté taquine de sa voix distrait le fin tremblement dans ses mains. “Tu peux regarder mais tu dois avoir la permission de toucher.”

Encore sous le choc, il ne peut que hocher lentement la tête. Faisant un pas en avant pour lui couper la joue, elle la caresse avec son pouce. Ses yeux fixent le sien avec une gaieté tapie à l’intérieur. “Ce n’était pas une bonne réponse. Je suppose que je vais devoir t’apprendre à parler poliment.”

Sa main descend jusqu’à son épaule et elle lui arrache sa chemise d’un regard impassible.

Dans un geste plus rapide que tout ce qu’il avait fait auparavant, la chemise est relevée et retournée pour être jetée quelque part dans le dos. En souriant, il est poussé sur le lit pendant qu’elle place son genou sur le bord pour l’escalader. Il fait un pas en arrière pendant qu’elle avance jusqu’à ce que ses genoux se posent de chaque côté de sa taille pour le chevaucher. Le jabot est oublié sur le lit, ses doigts se posent en fantôme sur sa peau alors qu’elle parle d’un ton grave et rauque.

“Laissez-moi vous montrer ce que les bons garçons obtiennent.”

Elle explore sa poitrine, traçant des motifs qui lui donnent la chair de poule. Il jette des regards furtifs entre ses yeux et sa robe ouverte. Le doux gonflement de ses seins est trop distrayant pour qu’elle puisse rester concentrée.

Il inspire fortement lorsqu’elle pince un mamelon, à son front levé il essaie de garder les yeux sur le sien. Il se concentre sur la sensation de ses bas sur les côtés, alors que ses doigts continuent à lui distraire. Le lit s’abaisse près de sa tête et il se mord la lèvre alors que sa langue trace un chemin sinueux qui remonte de son ventre.

Sa langue dessine des cercles autour de son mamelon et il gémit à cette sensation. Lentement, elle commence à balancer ses hanches, la pression exercée sur son érection tendue le fait gémir alors qu’il se tortille sous elle. Sa langue quitte sa peau et il pousse un soupir. Elle saisit ses poignets dans ses mains, les éloignant de l’endroit où ses mains se caressaient, pour les repousser sur le lit.

Il se tortille et tremble sous elle pendant qu’elle penche les hanches. Avec une lueur méchante dans les yeux, elle capture son autre mamelon entre ses lèvres. Elle l’aspire dans sa bouche et en donne un coup de langue, comme il l’avait fait tant de fois auparavant. De forts gémissements résonnent dans la pièce jusqu’à ce qu’ils soient soudainement coupés lorsque ses dents se font connaître.

Assise, elle étend ses mains sur sa poitrine, un lent balancement sensuel de ses hanches pendant qu’elle parle. “C’est ce que les bons garçons obtiennent.” Elle plie ses doigts et ratisse ses ongles le long de ses côtes. Il émet un gémissement alors qu’elle parle à voix basse et régulière. “C’est ce que vous voulez ?”

Il répond par un cri étranglé alors que ses mains douces effleurent les marques laissées derrière lui. “Oui, Maîtresse !”

Elle acquiesce, heureuse de voir l’effet qu’elle a sur lui. Elle laisse une traînée de baisers depuis la ceinture de son short jusqu’à son cou, tout en le frôlant avec son corps. Son souffle sur son oreille alors qu’elle ronronne un murmure. “Bien, maintenant je vais vous montrer ce que les mauvais garçons ont.” Il frissonne mais ne sait pas s’il s’agit du murmure ou du doux baiser juste sous son oreille.

Elle presse son corps contre le sien pendant un instant avant de se mettre à rouler, allongée sur le lit, elle lui dit d’aller se mettre debout à la fin. Avec des regards furtifs en arrière, il fait ce qu’on lui dit. Elle se repose sur ses coudes pour admirer la vue, une poitrine lisse et définie avec une petite tache de cheveux. Les mamelons sont encore durs, avec un seul éclat de sa salive.

Une définition maigre de son corps, avec une légère traînée de poils courts s’étendant depuis son nombril. Son short se dresse comme une tente alors que sa queue se débat contre le confinement. Elle descend jusqu’au bout du lit, en posant ses talons sur le sol, elle parle d’un ton lent et sensuel qui le fait tressaillir devant elle.

“Les bras derrière le dos.”

Ses doigts glissent sur son ventre, jouant avec le bord du short. En plongeant derrière elle avant qu’elle ne saisisse le bord, le tissu est tiré vers le bas et s’accroche au haut de sa queue. Une légère traction et il se libère, rebondissant de haut en bas devant ses yeux.

Son short tombe oublié à ses chevilles et ses yeux se concentrent sur la bite devant elle, elle passe ses mains sur chaque centimètre. Un mouvement lent de haut en bas qui cache et révèle la tête violette. Bien qu’elle l’ait déjà eu en main plusieurs fois, elle s’émerveille encore de cette sensation. Un murmure sous son souffle pendant qu’elle le caresse.

“De l’acier enveloppé dans de la soie.”

Elle se déplace lentement, perdue dans ce sentiment hypnotique. Ce n’est que lorsqu’il gémit qu’elle sursaute dans sa rêverie. Elle cache un léger rougissement avec son sourire, en lui coupant les couilles avec son autre main. Elle les masse doucement dans la paume de sa main tandis que ses coups vont plus vite.

Il penche la tête en arrière, les yeux fermés pour profiter du rythme et des mains douces. Il se serre lui-même les bras en raison de la sensation familière de tension qui règne en lui. Son gémissement prolongé est interrompu par un cri de surprise lorsque la main qui lui coupe les couilles se serre. Un sourire malicieux le rejoint alors qu’elle regarde vers le haut pour saisir chaque expression tandis que ses couilles roulent dans sa main.

Le plaisir s’empare d’elle alors que ses gémissements et ses gémissements sont entrecoupés d’halètements aigus pendant qu’elle joue. Ses bras tremblent derrière son dos, le plaisir qu’il ressent à sa main gauche, contraste avec les coups de poignard tranchants dans ses testicules de sa main droite.

Quelques fois, c’est presque trop à supporter, mais elle parvient à faire basculer la douleur avec plaisir juste avant qu’elle ne devienne trop forte. Il tremble lorsqu’elle s’arrête, son souffle lourd comme un frémissement parcourt ses jambes.

Une satisfaction suffisante suinte de sa voix lorsqu’elle parle. “Cela devrait vous donner un indice.” Son ton change et devient plus sombre, une teinte rauque pour ses mots. “Maintenant, reculez et mettez-vous à genoux.”

Un frisson le traverse, grimacant lorsque ses testicules maltraités entrent en contact avec ses cuisses. Une respiration rapide et profonde avant qu’il ne lève le regard pour rencontrer les siennes. Elle s’assoit sur le lit, à fleur de joues, en le regardant.

De longues secondes s’écoulent avant qu’elle ne bouge, croisant une jambe sur l’autre de sorte que son pied pend devant lui. Un léger tremblement dans ses paroles, une hésitation qu’elle attrape. “Embrasse-le”.

Ses yeux descendent du sien et il n’y a pas de doute, il se penche vers l’avant. Il se penche pour appuyer ses lèvres sur le bout de sa chaussure. Un baiser, suivi d’un autre et d’un autre, jusqu’à ce que le haut de sa chaussure soit poivré. Il lève les yeux à travers ses cils, tout en levant le pied de la jeune femme pour le dernier baiser. Une lueur brille dans son œil avant qu’il n’appuie un baiser prolongé sur le bout de son talon.

Avec un rougissement lumineux sur les joues et une respiration lourde, elle retire son pied. Lentement, elle décroise et recroise ses jambes pour que l’autre puisse se balancer devant lui. Le ton de sa voix est aussi capiteux que le regard qu’elle a dans les yeux. Un regard qui le presse avec le poids de son attention.

Une légère secousse du pied pour l’inciter.

Il sourit avant de se baisser à nouveau, le talon à la main, il ramène ses lèvres à la pointe du pied. Au premier baiser, il se met en place en pleurant, tandis qu’une claque acérée atterrit sur sa fesse droite.

Relâchant le pied dans sa prise, il se relève mais reste immobile à sa vue. Un regard sévère dans ses yeux, les lèvres pincées. Le jabot oublié, serré dans sa main, tandis qu’elle le regarde d’un air amusé.

D’un ton inébranlable, elle parle. “Continuez, même traitement.”

Ses yeux vacillent entre les siens et le talon brillant jusqu’à ce qu’il se rabaisse enfin. Pressant un baiser un peu plus haut que le précédent, il se remet en place à la gifle de la récolte.

Une piqûre aiguë suit chaque baiser, dans la sécurité de son esprit il maudit son idée de génie d’essayer de l’embarrasser. Une seule gifle de la moisson est secouée, mais la multitude qu’il reçoit laisse derrière lui une chaleur profonde.

Il se met à genoux à chaque baiser suivant mais elle ne voit pas la nécessité de l’épargner. Il tressaille si bien quand elle réussit à frapper deux fois au même endroit. Après avoir rougi au premier coup raté et sniffé par la suite, elle a vite compris que manquer, c’était simplement recommencer.

Au moment du dernier baiser, elle retire son pied. Surpris, il attend alors qu’elle lui caresse la joue avec le jabot. Ses yeux sont fixés sur ses lèvres qui se rapprochent, tandis que sa langue roule sur ses mots. “Et cela”

Ses yeux se ferment juste avant que leurs lèvres ne se rencontrent, il attend, étendu. Elle s’attarde, avec seulement un souffle entre eux, un murmure souffle sur ses lèvres. “C’était ton deuxième indice pour les mauvais garçons.”

Le sentiment qu’elle est proche disparaît et il regarde pour la voir debout. Elle rit lorsqu’il s’assoit sur ses chevilles avec une combinaison de fard et de moue. Elle s’efforce de rester sévère à la vue de ce jeune homme à genoux au regard si adorable.

Sa langue sort pour mouiller ses lèvres avant qu’elle ne parle à nouveau. “Maintenant, vous avez un deuxième indice pour les bons garçons. Lève-toi sur le lit.”

Les mots avaient à peine quitté sa bouche qu’il était sur le lit, prêt et attendant son indice.

Elle se tient debout, une bite à la hanche, souriant à son impatience. Ses yeux s’éloignent pour regarder du côté où ses accessoires préparés l’attendent. Ses yeux s’élargissent vers l’endroit vide et elle regarde autour d’elle, à la recherche des objets.

Une voix interrompt sa furieuse tentative de se souvenir. Un ton taquin qui ne parvient pas du tout à cacher son rire, une insistance particulière sur son dernier mot. “Vous cherchez quelque chose, Maîtresse ?” Elle rétrécit les yeux sur le défi subtil.

En s’avançant, ses hanches se balancent tandis que ses lèvres s’élargissent dans un sourire de prédateur. Des pas mesurés avant qu’elle ne pose un genou sur le lit. Elle descend juste entre ses jambes et si près de ses couilles que ses yeux se serrent sur la menace implicite. Son sourire est nettement plus nerveux lorsqu’elle lève la main et lui caresse la joue.

Ses doigts caressent ses cheveux et elle l’embrasse profondément. Les yeux fermés, ses lèvres s’ouvrent à l’appel qu’il ressent. Leurs langues se caressent l’une l’autre jusqu’à ce qu’un coup sur ses cheveux brise le baiser. Il siffle à la douleur. Sa langue sort pour tracer la coquille de son oreille avant qu’elle ne murmure.

“Ne t’inquiète pas pour ta jolie petite tête et juste…”

Ses mots se suivent et se terminent par un silence qui le met au défi de jeter un coup d’oeil. Il ouvre un œil juste assez pour la regarder et frémit. Un dangereux sourire sur ses lèvres écartées pendant qu’elle le regarde.

“Détendez-vous.”

Elle tire l’oreiller de derrière lui et l’ignore alors qu’elle tire la manche autour de lui. Avec un sourire béatifique, elle pose l’oreiller sur ses genoux, saisissant son épaule pour le tirer vers le bas. Bras par bras, ses mains descendent de son épaule jusqu’à son poignet pour le tirer derrière son dos.

“Mettez vos mains en boule”.

Cela prend une seconde mais elle attend patiemment. Il est assis sur le lit, penché sur l’oreiller sur ses genoux avec les bras tendus derrière lui. La taie d’oreiller est tirée sur ses poings et ses bras, le tissu s’étire dans son dos.

Le bout de ses doigts passe dans ses cheveux lorsqu’elle revient devant lui ; elle relève son menton et le pousse lentement à s’allonger sur le lit. Une main sur sa poitrine le maintient au sol, le poids de son corps reposant sur la taie d’oreiller sous son dos et autour de ses bras

Il essaie de résister mais c’est un effort futile, elle le maintient assez facilement allongé sur le lit. Peu importe comment il se tortille, tout ce qu’il faut, c’est que sa paume appuie sur sa poitrine.

“Tout est fait ?” Sa tête se soulève d’un coup sec, avec un regard malicieux sur le rire qu’il entend dans sa voix. Le timing est parfait, la robe de satin glisse vers le bas au moment précis où il lève les yeux.

Tout s’arrête, s’il en était encore capable, il aurait soupçonné la magie de ralentir le temps pour faire durer la chute de sa robe. Pouce par pouce, sa beauté se révèle. Malgré la vue de ses seins aux tétons tendus, ses yeux suivent la robe jusqu’au sol.

De longues jambes gracieuses, un ventre plat ainsi qu’une certaine définition pour elle qui montre à quel point elle travaille dur pendant la pratique des arts martiaux. La douceur de ses courbes hante toujours ses rêves mais cela révèle où elle se tient dans ses talons, ses bas et son string en dentelle sera un souvenir privilégié.

Enhardie par son silence stupéfait, elle se dirige vers le bord du lit, pivotant sur un pied pour montrer son côté. En se penchant, elle fait descendre lentement son string en dentelle pour rejoindre la robe sur le sol, ses hanches bougent lentement tandis que ses yeux scrutent chaque bob. Elle sort des vêtements jetés, l’épinglant du regard au lit alors qu’elle grimpe dessus. Elle rampe sur lui, son corps étant maintenu suffisamment bas pour que ses seins le frôlent.

Il frissonne au son sensuel qui s’échappe au-dessus de lui. “Je vais t’utiliser pour mon plaisir.” Une légère pause alors qu’elle le mordille sur le côté avant de tracer ses côtes avec sa langue. Il tressaille et gémit pendant qu’elle joue avec ses sens. “Tu pourrais atteindre le point culminant de mon traitement.” Elle lui mord le ventre de façon inattendue, un halètement aigu alors que son dos se cambre. Un gémissement étouffé lui parvient avant qu’elle ne remonte le long de son corps, se faufilant d’un endroit à l’autre jusqu’à ce que ses cheveux encadrent sa tête.

À peine un centimètre entre eux, leur souffle s’entremêle. Ses yeux verts se fondent dans le sien : “Si tu veux avoir un orgasme, tu ne dois pas bouger ou essayer de me toucher. En inclinant son corps, elle s’assoit sur sa longueur dure, ses yeux palpitent tandis qu’il halète devant la chaleur humide soudaine.

Assise là-haut, elle ressent un léger tremblement dans sa voix alors qu’elle s’efforce de rester immobile. “Si tu bouges ou si tu essaies de me toucher, je m’arrêterai pour te laisser te calmer.” Elle lève la main et il remarque enfin la vibration de la balle qui pend de ses doigts. “J’ai ce petit ami pour m’aider. Toi, par contre, tu n’as que moi.” Ses yeux s’élargissent d’horreur, une secousse de ses hanches et il gémit sur les lèvres glissantes autour de sa bite.

“Tu comprends ?”

Il lui pince les yeux et hoche frénétiquement la tête pendant qu’elle se déplace sur lui. Un lent mouvement de ses hanches pour commencer. Mais il ne lui faut pas longtemps pour gémir à ce contact, trouvant enfin la bonne façon de bouger, elle augmente le rythme. Elle glisse d’avant en arrière sur sa bite assez facilement avec l’humidité qu’elle a. En balançant ses hanches au bon endroit, elle se mord la lèvre.