Clique sur la photo de le snap xxx français et sexy pour passer en privé!

avec cette application vous allez pouvoir découvrir des filles très coquines et même parfois un peu salope. Toutes ces femmes qui aiment le sexe et s’exhiber vont vous donner chaud, c’est certain. Des milliers de femmes qui n’attendent qu’une chose, montrer leurs seins, leur cul, leur petite chatte et baiser autant que possible avec des mecs rencontrés sur le snap xxx français. Ne perdez pas une minute de plus.

Vous avez ce regard de concentration intense sur votre visage lorsque vous fermez la porte de l’appartement, comme un homme en mission très sérieuse. Cela me fait rire parce que je sais ce que nous allons faire, et connaître notre sale petit secret me donne le vertige. Vous attirez mon attention :

“Pourquoi riez-vous ?”

Mais c’est une question idiote. Nous le savons tous les deux. Tu fais un sourire et tu attrapes ma main quand nous sortons.

Le bar n’est qu’à quatre pâtés de maisons, mais mes fesses et mes jambes commencent à frissonner sous ma jupe alors que l’air froid frappe la peau nue au-dessus de mes cuisses. Je souris et je le supporte. La froideur est un mal nécessaire si nous voulons réussir notre petit plan.

Le bar est comme un bar clandestin, connu seulement des locaux et des initiés. C’est une scène très particulière, surtout pour les jeunes de 20 et 30 ans. Des DJ ayant fait leurs classes dans l’Ivy League et des entrepreneurs branchés remplissent les confortables fauteuils et canapés en cuir la plupart des soirs de la semaine, buvant du whisky et de la bière bon marché, discutant et débattant ou écoutant des groupes locaux jouer. Même pour un mercredi soir, l’endroit est déjà en pleine effervescence. Nous connaissons le groupe qui joue ce soir, et lorsque nous entrons, votre ami Greg nous fait signe de nous rendre dans le coin sombre que lui et ses copains ont déjà repéré pour nous. Toi et moi aimons plaisanter sur Greg, sur sa fausse bravade et ses manières louches avec les femmes et sur le fait que pour un mec attirant, il a rarement une chatte. Et bien sûr, nous le surprenons tous les deux à jeter un coup d’œil sur mes seins bien trop longtemps que nécessaire alors qu’il nous conduit vers les profonds fauteuils et canapés du coin. Nous partageons un sourire complice. D’une certaine manière, le lâchement évident de Greg pour mes seins rend ce que nous allons faire encore plus chaud. Je suis déjà trempé et palpitant et rien n’est encore arrivé…

“Désolé, c’est un peu serré.”

Le coin est déjà bondé avec leur groupe d’amis et tout le monde n’est pas encore là. Il y a un fauteuil vide à l’arrière, encore ouvert.

“C’est bon, mec, on va partager”, tu dis nonchalamment à Greg en jetant ton manteau sur le fauteuil, “N’est-ce pas, bébé ?” Vous me donnez un coup de pied au cul et me faites un clin d’oeil. Greg nous regarde. Je souris quand tu me mets sur tes genoux. La chaise est profonde et spacieuse, avec des côtés hauts, faite de cuir très usé. Même avec tes longues jambes et mes larges hanches, il y a de la place pour nous deux.

Tout le groupe est composé principalement de vos amis et de leurs différentes petites amies. Normalement, je serais sociable et amical, mais ce soir, j’ai d’autres choses en tête. Assis sur tes genoux, je te sens t’endurcir à travers ton jean, la silhouette se pressant fermement dans le sillon de mon cul, si proche et pourtant si loin de ma chatte palpitante. Le groupe d’échauffement a commencé à jouer quand tu te penches en avant et me chuchote à l’oreille “Fais-le”.

Je me lève lentement, en m’excusant tout en vous donnant la possibilité de croiser les jambes discrètement. Mes jambes vacillent quand je vais aux toilettes, ma respiration s’intensifie. Je n’arrive pas à croire qu’on va faire ça. Je m’enferme dans une des cabines et je prends un moment pour respirer contre la porte pendant une seconde. Je tends la main derrière moi et je sens le petit bouchon clair juste à l’ouverture, et je passe mes doigts dessus. Mon trou du cul a des spasmes. Ma chatte est plus humide. Je travaille sur le plug anal avec mes doigts, puis je le retire lentement et une goutte de lubrifiant coule sur ma culotte.

Juste avant de quitter l’appartement, tu m’as plié sur la table et tu as baissé ma culotte. Je me souviens de la sensation, froide et étrange, lorsque tu as rempli la seringue anale d’une généreuse dose de lubrifiant, que tu l’as insérée en faisant gicler le lubrifiant profondément à l’intérieur, puis que tu as enfoncé le bouchon dans mon cul tout en doigtant ma chatte qui spasmait. Tout en me disant en détail ce que vous alliez faire une fois que ce bouchon serait sorti. Mmmmm… même le souvenir me faisait mouiller. Le bruit des chasses d’eau me ramenait à la réalité, alors que je mettais ma culotte mouillée et le buttplug dans mon sac et que je retournais doucement vers notre chaise, en priant pour que le lubrifiant qui s’échappait de mon cul soit absorbé par mes pauvres cuisses.

Nous avons fermé les yeux et vous savez, d’après mon léger hochement de tête, que c’est fait, je suis prêt. Je me remets sur vos genoux, en tirant légèrement mon manteau sur nous. Beaucoup de vos amis ont leur attention sur la scène où joue le groupe. Tu me chuchotes à l’oreille “Décale-toi un peu” et je te sens dézipper et sortir ta bite encore dure de ton jean. “Ok” tu chuchotes et je me décale. Je suis immédiatement récompensé par la sensation de ta bite nue contre mon cul glissant. Je ne peux pas m’empêcher de gémir un peu involontairement. Je sens ta main se resserrer autour de ma jambe pour me rappeler que je dois être aussi silencieux que possible. Nous restons là un moment, moi qui me tortille imperceptiblement contre ta bite, la tête entre les joues. Greg se retourne et te demande quelle heure il est, tu lui réponds avec désinvolture, comme si de rien n’était. Je peux sentir nos deux mains transpirer.

Tout le monde regarde le groupe en ce moment, alors tu en profites pour saisir ta bite et l’ajuster de manière à ce qu’elle appuie sur l’ouverture de mon trou de cul. La tête entre en jeu et c’est maintenant à votre tour de souffler. J’ai presque peur de respirer, je n’arrive pas à croire qu’on fasse ça… Lentement, millimètre par millimètre, tu t’enfonces de plus en plus profondément dans mon trou de cul chaud et glissant jusqu’à ce que je sois complètement installé sur tes genoux.

Nous sommes tous les deux très immobiles alors que nous regardons autour de nous pour nous assurer que nous n’avons pas été pris. Personne ne nous regarde. Rien que de penser à ce qui pourrait arriver si quelqu’un se rendait compte que tu baises dans mon trou le plus sale en public, ça me fait palpiter. Je sens ta bite tressaillir en moi. Nous sommes tous les deux en sueur. Tu appuies ton visage dans la nuque et tu expires lentement. Tu embrasses le côté de mon visage, ma chatte coule sur tes genoux. De temps en temps, quand on pense que personne ne fait attention, tu te recules plus loin dans le siège et tu me baises le cul par de petits mouvements de tes hanches sous moi. Nous sommes tous les deux excités à un rythme effréné.

Bientôt, nous réalisons que le groupe fait une pause entre deux sets. Il n’y a rien à faire, alors je reste sur vos genoux pendant que vos amis s’installent autour de nous et recommencent à parler. Je sens que vous essayez de normaliser votre respiration pour ne pas attirer l’attention sur nous. Je n’arrive pas à croire qu’on fasse ça. Il n’y a pas d’échappatoire maintenant, pas avant que le groupe ne commence son prochain set.

“Ça va, mec ?” demande Greg, en s’allongeant sur le canapé en face de nous.

“Ouais, il fait juste chaud ici…” tu dis en essayant de couvrir ta sueur, “Passe-moi cette bière, bébé ?” J’attrape la bière sur le dessous de verre devant moi et je te la passe.

Tu me baises l’oreille et tu me dis : “Merci, bébé.” Tu prends un long élan. Greg nous sourit. C’est comme s’il sentait que nous étions en train de faire des bêtises. Je doute qu’il s’imagine que tu as ta longue et dure bite enterrée dans mon trou du cul, mais…

La conversation se poursuit du mieux que nous pouvons. On se passe la bière, on partage la bouteille et on prend des gorgées de bière en essayant de ne pas trahir le fait qu’on est en train de baiser dans le fauteuil d’une salle pleine d’amis et de hipsters ivres. Je surprends Greg en train de me fixer à nouveau et j’arrive à lui faire un petit sourire, tout le temps que je peux sentir ta bite gonflée palpiter en moi. Je transpire et j’essaie de ne pas trembler. Mes paumes et l’arrière de mes genoux sont humides. C’est une torture. Une torture étonnante. Je me retourne légèrement pour te regarder et on se ferme les yeux. Tu n’as pas besoin de dire quoi que ce soit. J’ai compris le plan.

Dès que le groupe commence son prochain concert, je te lève la bite, la laisse glisser et te tape sur la jambe. Tu te précipites pour la remettre dans ton pantalon, alors que le lubrifiant commence à s’écouler involontairement de mon trou de cul tendu. Je me penche en avant pour attraper une serviette sur la table et te la passer. Il est plus facile pour nos amis de ne pas remarquer que vous appuyez la serviette contre mon trou de cul et que vous la maintenez en place, ce qui endigue le flux. C’est gênant, mais c’est mieux que de me voir faire couler du lubrifiant sur le devant de ton jean, trahissant ainsi notre secret. Tu coinces la serviette dans la fente de mon cul et tu me tapotes les fesses pour me faire signe de me lever. Je prends mon sac et me dirige rapidement et délibérément vers le couloir arrière du club. Vous me suivez. C’est le meilleur endroit pour ne pas se faire prendre, car les toilettes ont toutes des cabines. Certains barmans garent leurs vélos dans le couloir, mais les gens entrent rarement ailleurs. Nous surveillons une place vide sous les escaliers, loin de la porte.

Mon sac tombe par terre et nous sommes tous les deux en train de trembler et de transpirer alors que vous m’attrapez par derrière autour de la taille. Vous respirez encore fort mais vous ne perdez pas de temps. Je sens ta paume au milieu de mon dos me plier, puis tu soulèves ma jupe en mettant mon cul nu à nu. Vous essuyez rapidement mon trou de cul avec la serviette à cocktail saturée et vous la jetez par terre. Mes genoux ont envie de se déformer, alors je m’accroche au bas des escaliers au-dessus de nos têtes pour me soutenir, et je t’entends cracher sur ta main et lubrifier ta bite rapidement avant que du lubrifiant ne s’écoule de mon cul. Nous sommes à peine en privé et bien que cela soit peu probable, n’importe qui pourrait ouvrir la porte ou descendre les escaliers et nous attraper.

Je sens la tête de ta bite retrouver mon trou du cul et tu t’engouffres d’un coup dans mon trou diaté et tu laisses échapper un grognement d’animal. Ton corps tape contre mon cul alors que tu saisis mes hanches et que tu me baises fort par derrière. J’entends le bruit du lubrifiant dans mon cul qui est déplacé par ta bite dure, par-dessus tes grognements d’animal. Je veux toucher mon clitoris mais j’ai peur de tomber si je lâche l’escalier, alors je garde mes mains serrées là où elles sont pendant que tu frappes mon cul serré. Ton rythme devient de plus en plus rapide et je peux imaginer ce regard intense et sérieux que tu as sur le visage quand tu me baises. “J’éjacule” tu gémis, et puis je gémis, sentant ta bite gicler coup après coup de sperme chaud au fond de mon trou de cul. C’est tout ce qu’il faut pour m’envoyer au bord du gouffre. Je gémis pendant que j’éjacule, toute ma chatte gargouille. Tout à coup, ta main est sur ma bouche, étouffant mon gémissement, alors que nous entendons des pas descendre les escaliers au-dessus de nous. Tu te tiens toujours dans mon cul, mon trou de contraction continuant à traire ta bite doucement, alors qu’un aide-serveur passe devant l’escalier et par la porte arrière. Il ne nous voit pas. Nous exhalons tous les deux.

Tu embrasses l’arrière de mon cou et tu tires ta bite rétrécie hors de mon trou de traie. Je peux encore à peine bouger. “Reste là une seconde, bébé” tu dis, comme si j’avais le choix. Tu mets la main dans mon sac et tu repêches le plug de mon cul. Tu l’insères dans mon cul et tu le tiens en place pendant que mon trou de cul gonflé se referme autour de lui, en le serrant fort. Vous me caressez le cul et m’aidez à me relever. On ne peut pas s’empêcher de glousser. Ton visage sérieux a disparu et maintenant tu ressembles au chat qui a eu le canari. Tu m’embrasses et tu me pinces affectueusement la joue du cul. “On devrait y retourner”, je dis. Tu prends mon sac et on se dirige vers la porte.

Mon trou du cul est rempli de ton sperme. Plus tard, je sais que tu voudras me lécher le cul, en goûtant à ton chargement qui s’écoule de mon trou étroit, mais ça devra attendre. Pour l’instant, il faut que ce soit notre petit secret.