Clique sur la photo de Les collègues de travail baisent une femme sexy pour passer en privé!

Je travaille pour une petite chaîne de magasins de chaussures au détail, il y a en tout trente et un magasins répartis dans tout le pays, les magasins sont divisés en quatre régions, et la mienne était dans le sud. Tous les trois mois, nous assistions à une réunion régionale et il fallait toujours passer la nuit sur place, ce qui ne me dérangeait pas, le seul problème étant que j’étais la seule femme et que je me sentais parfois exclue. Le directeur régional, Pierre, était l’un des meilleurs pour qui j’aie jamais travaillé et, lorsqu’il s’agissait du repas du soir et d’une soirée tardive au bar, il était totalement détendu et buvait avec nous tous. Après le premier jour de la réunion, nous avions tous convenu de nous retrouver au bar vers sept heures, quand je suis arrivé, ils étaient tous en train de boire, sauf Robert qui n’était toujours pas là. Nous avons pris quelques verres avant d’entrer dans le restaurant pour notre repas du soir, le bavardage a continué sans relâche alors que nous nous sommes assis à une table qui avait été arrangée pour que nous puissions tous nous asseoir ensemble.

Nous étions assis depuis vingt minutes lorsque Robert est apparu, l’air détendu et le sourire aux lèvres.

Tu as l’air content de toi, tu as été aux tissus”, a remarqué Pierre.

Les gars ont souri à ses commentaires, mais je n’ai pas compris ce qu’il voulait dire au début et il a fallu un certain temps pour que je comprenne.

Alors que les discussions se poursuivaient, j’ai jeté un coup d’œil aux sept hommes autour de la table. Ces hommes étaient tous des professionnels, sauf lors de ces réunions où ils finissaient tous ivres et se comportaient comme des enfants gâtés.

La boisson a coulé à flot et lorsque nous avons terminé le repas, il y avait huit bouteilles de vin vides et des remplacements en cours.

“Alors Robert, tu as apprécié ton tir,” demande Pierre.

“Très bien, patron, merci”, a-t-il répondu en riant.

“A quelle fréquence le faites-vous ?” continue Pierre.

“Oh, probablement une fois par jour, deux fois à l’occasion”, a répondu Robert.

Je regarde de l’un à l’autre, ne croyant pas à cette conversation ou peut-être que je n’ai pas compris et que j’ai mal interprété la situation.

Pierre s’est ensuite tourné vers Ian et lui a posé exactement la même question et la réponse qu’il a obtenue était presque une copie conforme.

Ensuite, il a demandé à Bob et, avec une certaine arrogance dans la voix, il a répondu qu’il n’en avait pas besoin car sa femme satisfaisait tous ses besoins.

Pierre m’a évité et a continué à demander à chaque homme à tour de rôle et les réponses étaient généralement similaires, à savoir qu’ils le faisaient en moyenne une fois par jour.

Je trouvais amusant que la conversation soit si ouverte, mais c’est peut-être le vin qui m’a empêché d’être gênée par ce sujet.

Lorsque tout le monde a répondu, un court silence s’est installé autour de la table, Robert a regardé Pierre et a haussé les épaules, puis c’est Robert qui a rompu le silence.

“Vous avez entendu parler de nous, Lisa, alors combien de fois le faites-vous ?”, a-t-il demandé.

J’ai jeté un coup d’œil autour de la table et ils me regardaient tous, alors je me suis sentie obligée de répondre, “peut-être une fois toutes les deux semaines”, ai-je répondu.

“Alors nous sommes tous une bande de branleurs, à part Bob”, a dit Pierre, ce qui a provoqué des éclats de rire autour de la table.

La conversation est restée sur les questions sexuelles et Pierre a suggéré que nous demandions à tour de rôle aux autres de parler d’activité charnelle.

George a été le premier à se lancer et a demandé si quelqu’un avait déjà eu envie de faire quelque chose avec le même sexe.

À ma grande surprise, tous les participants, à l’exception de Bob, ont admis avoir au moins une fois dans leur vie expérimenté avec quelqu’un du même sexe, et lorsque la question m’a été posée, j’ai répondu que non, même si je me suis parfois demandé comment ce serait avec une femme.

Le suivant était John, dont la question était “Avez-vous déjà été infidèle à votre partenaire”. Tous, sauf Bob, ont admis qu’ils s’étaient égarés au moins une fois.

Les questions sont ensuite devenues un peu banales mais ont montré qu’à part Bob, nous n’étions certainement pas des anges. Finalement, c’était mon tour et j’ai demandé si quelqu’un ici avait déjà simulé un orgasme. Seul Paul a admis l’avoir fait et a mis cela sur le compte de l’alcool, puis il m’a passé la question.

Ma réponse a été courte et douce, “oui je l’ai fait”.

“Voulez-vous nous donner un peu plus de détails ?” dit Pierre, prenant à nouveau le relais.

La boisson m’a délié la langue et je n’ai pas hésité à leur raconter les détails sanglants.

“Il y a quelques années, je suis sorti avec un type qui se disait être un sacré tombeur. Après être sortis ensemble pendant quelques semaines, nous avons fini au lit ensemble, sa bite était grosse et je veux dire grosse en longueur, elle devait faire 10 ou 11 pouces. Quoi qu’il en soit, il s’est retrouvé sur moi à me taper dessus et ça m’a fait un mal de chien, alors j’ai enfoncé mes ongles dans son dos et j’ai crié que je jouissais et je me suis tortillée avec mon prétendu orgasme, ce qui l’a fait bondir et il a joui. Je n’ai plus jamais pris la peine de le voir après ça.”

“Quand tu ne fais pas semblant, ça fait quoi d’avoir des multi-orgasmes, si tu en as, bien sûr ?” a demandé John.

Au début, je ne voulais pas répondre à la question car j’avais l’impression qu’ils s’en prenaient à moi et à moi seul, jusqu’à ce que Pierre lâche “Je parie que c’est fantastique”.

“Eh bien, je ne sais pas vraiment, quand il s’agit de baiser, la plupart des gars ne durent pas assez longtemps pour que je puisse le découvrir”, ai-je répondu en dénigrant leur virilité.

“Alors voyons qui est le meilleur”, dit Pierre en se tournant vers George et en levant les sourcils. “Combien de temps peux-tu tenir”, a-t-il continué.

“Je dirais environ cinq à dix minutes”, dit George.

Une fois de plus, presque tout le monde a la même réponse, sauf Bob qui dit : “Je continue jusqu’à ce que mon partenaire crie de joie et me serre si fort, puis je jouis”.

“Ouais”, c’est tout ce que j’ai pu dire à ce sujet.

Le maître de cérémonie est alors venu nous demander de faire moins de bruit, ce qui était le signal pour nous de nous retirer au bar. Le bar était assez bondé quand nous sommes arrivés et il n’y avait aucun moyen de s’asseoir tous ensemble, alors Pierre a suggéré que nous allions tous dans sa suite et qu’il demanderait au service d’étage d’envoyer d’autres boissons.

J’ai pensé qu’à ce moment-là, le sujet pourrait changer, mais je suppose que si vous mettez un groupe de gars ensemble et de l’alcool, il est inévitable que leurs cerveaux se déplacent vers le sud.

“Après ton expérience avec le gars à la grosse bite, qu’est-ce que tu préfères en termes de taille ?” me dit Pierre directement. “Non, attends, ne dis rien”, a-t-il poursuivi, “écris-le et nous verrons qui se rapproche le plus de la taille parfaite”, a-t-il dit en me passant une feuille de papier.

J’ai écrit ma réponse, j’ai plié la feuille de papier et je l’ai placée sous le bol de fruits sur la table basse.

“Bon, de gauche à droite, chacun répond à son tour, en commençant par toi”, dit Pierre en désignant John.

J’étais étonné de voir que chacun d’entre eux avait répondu 15 cm, peut-être que c’était vraiment la taille moyenne, me suis-je dit.

Pierre est allé chercher le papier et j’ai attrapé son bras, “ils ne disent pas tous la vérité, vous ne pouvez pas tous être identiques”, ai-je dit.

“Bon point, je pense que nous devrions les mesurer”, dit-il en fouillant dans sa mallette et en retirant une règle.

Il a passé la règle à John et lui a dit de la mesurer, John s’est levé pour aller à la salle de bain mais Pierre l’a arrêté et a dit, “nous devons être témoins ou tu pourrais mentir”.

Je ne vais pas sortir ma bite devant tout le monde, surtout avec Lisa assise là”, dit Jean avec une légère rougeur aux joues.

“Pierre m’a passé la règle et a dit avec un sourire amusé : “Lisa va prendre les mesures.”

À ce moment-là, j’étais bien énervée et je ne voyais aucun mal à mener cette expérience scientifique. Avec des pieds instables, je me suis levée et j’ai marché jusqu’à John, lui prenant la main et l’aidant à se lever. Je me suis agenouillée devant lui, j‘ai baissé sa braguette et j’ai glissé ma main dans son pantalon. Sa bosse n’était pas difficile à trouver car elle s’est mise à gonfler dès que mes doigts ont commencé à la tirer hors de ses limites. J’ai placé la règle contre ses couilles et j’ai dit 16cm, je l’ai fait pour chacune d’entre elles et, en fait, elles étaient toutes à moins d’un pouce l’une de l’autre.

Quand je me suis rassise, Pierre a pris la feuille de papier et a lu ce que je pensais être la taille parfaite,

“Lisa dit environ 16cm, donc vous échouez tous”.

Ils ont tous hué à l’unisson, puis ont éclaté de rire, à l’exception de John.

“Eh bien, Lisa a vu tous nos zizis, alors pourquoi ne pas nous montrer ce qu’elle a, ce n’est que justice.

“Je ne pense pas”, j’interviens rapidement.

“Lisa, ce ne serait pas juste que nous ayons tous été exposés à toi et que tu n’aies rien montré, alors pourquoi ne pas au moins nous donner un aperçu de tes seins.”

J’y ai pensé un moment, je suppose qu’il a raison et quel mal cela pourrait-il faire, il n’y avait aucune chance que quelqu’un le dise, vu que j’avais touché toutes leurs bites quand je les ai mesurées.

Je me suis levée et j’ai sorti mon chemisier de ma jupe, j’ai glissé mes mains sous mon chemisier et j’ai défait l’agrafe de mon soutien-gorge pour libérer mes seins de leurs liens. Tout en gardant mon chemisier bien serré, j’ai tâtonné avec les boutons jusqu’à ce que le dernier soit défait, puis je me suis rapidement tenue devant eux et j’ai révélé mes seins à ces 7 hommes. Un souffle audible a parcouru la pièce, mon beau 90c les a certainement dégrisés un peu, car ils ont tous regardé ma poitrine.

Aussi vite que j’avais défait mes boutons, j’ai été encore plus rapide à les remettre en place et j’ai senti une certaine humidité dans ma chatte à l’idée d’être exposée à mes collègues.

“Lisa, tu as dit que tu ne savais pas si tu étais multi orgasmique, pourquoi ne pas le découvrir ? A part Bob, tout le monde a dit qu’ils peuvent durer entre cinq et dix minutes, ce qui fait au mieux cinquante minutes pour savoir si tu l’es, peut-être plus si Bob est fidèle à sa parole”, dit Pierre en plaisantant.

Je dois admettre que la boisson avait éliminé mes inhibitions et que ma chatte avait besoin d’attention, mais pouvais-je laisser mes collègues de travail m’utiliser sexuellement ?

J’ai considéré la proposition de Pierre pendant quelques minutes, James ne voulait pas parce qu’il était gay et Bob n’a jamais triché donc il ne voulait pas, ce qui laissait cinq d’entre eux. Est-ce que je pouvais laisser cinq de mes collègues proches avoir des relations sexuelles avec moi, j’en voulais, mais avec tant d’hommes, je n’étais pas sûre, et est-ce qu’ils garderaient leur bouche fermée ou est-ce que je serais connue comme une salope pour le reste de ma carrière professionnelle.

“Ok, faisons-le”, ai-je dit effrontément. “Mais à une condition, donc le choix vous appartient. Tout d’abord, l’un d’entre vous s’occupera de James, car il préfère le cul et pas celui d’une femme.” J’ai dit en sachant que quoi qu’il arrive, on n’en parlerait jamais, sauf dans ce groupe si l’un d’entre eux se prenait une raclée.

J’ai pris la feuille de papier et j’ai écrit sur une partie “OUI”, puis je l’ai déchirée en six petits morceaux. “Celui qui obtient le “oui” se fait baiser par James, vous êtes tous d’accord.”

Ils étaient tous d’accord sauf Bob qui a feint de vouloir me baiser. J’ai vidé les fruits sur la table et j’ai jeté les morceaux de papier dans le bol vide et je les ai bien remués.

Pierre a été le premier à choisir, en ouvrant le papier plié, il a dit oui et Pierre s’est affalé sur sa chaise en se sentant déprimé.

Si je me fais défoncer le cul, je pourrai toujours te baiser ?” demanda Pierre avec un enthousiasme déclinant.

“Encore mieux que ça, pendant que tu me baiseras, James te baisera, ce sera un travail d’équipe”, ai-je dit, légèrement choqué par l’utilisation du mot “baiser”.

“Allons-y”, a dit John en se levant et en commençant à enlever ses vêtements et il a été rapidement suivi par les autres qui ont fait de même.

Je regardais six d’entre eux enlever tous leurs vêtements, toutes leurs bites étaient au garde-à-vous et Bob ne semblait pas se soucier de ne pas participer aux activités prévues.

“Je suggère que le plus petit commence et que nous finissions par le plus grand”, ai-je dit en enlevant mon chemisier et en mettant mon soutien-gorge de côté. J’ai ensuite enlevé ma jupe et enfin mon string extrêmement humide.

“Si nous allions dans la chambre, nous serions plus à l’aise et Bob pourrait regarder la télévision puisqu’il ne veut pas participer “, ai-je dit alors que j’étais déjà à mi-chemin dans la pièce.

Je me suis allongée sur le lit, les jambes légèrement ouvertes, prêt pour la première fois, du coin de l’œil j’ai vu Bob entrer et s’asseoir dans le fauteuil, lui donnant une bonne vue. Le reste des gars se sont rassemblés autour du lit tandis que George se positionnait entre mes cuisses et s’avançait en me remplissant totalement de sa bite dure. Ma chatte palpitait alors qu’il commençait à entrer et sortir de moi, il n’a pas fallu longtemps avant que ma frustration refoulée n’explose au fond de moi. Des étoiles passaient devant mes yeux, mon cerveau avait l’impression d’avoir pris deux mille volts, ce qui a provoqué des secousses incontrôlables de mon corps, qui a serré la bite enfouie en lui jusqu’à ce qu’il vienne aussi me remplir de son jus d’amour.

Un par un, ils ont baisé mon trou volontaire, j’ai fait attendre Pierre jusqu’à la fin, je voulais m’assurer que personne n’oublie que notre patron l’avait pris dans le cul, cela garantirait que leurs bouches restent scellées pour toujours.

Pierre m’a tiré vers le bas du lit de sorte que mes jambes pendent sur le bord, deux des autres gars ont ouvert mes jambes plus large que Pierre a plongé sa belle bite rigide entre les lèvres de ma chatte.

Il s’est allongé sur moi, n’osant pas bouger pendant que James lubrifiait son objet, Pierre a eu des secousses lorsque le lubrifiant a été poussé et répandu dans son trou. Je sentais le poids supplémentaire alors que James pénétrait Pierre lentement au début, chaque poussée provoquant un glapissement d’inconfort chez Pierre. Je pouvais dire quand James avait rempli Pierre complètement à cause des poussées régulières, il a fallu quelques poussées avant qu’un rythme approprié soit établi. Avant même que je sois proche de l’orgasme, Pierre gémissait et jouissait en moi et perdait rapidement son érection. Mais il ne pouvait pas bouger car James continuait à baiser le cul du patron. J’ai eu la nette impression qu’il commençait à aimer ça car il n’a pas fallu longtemps pour que sa bite commence à grossir en moi.

J’étais proche de l’orgasme quand, dans un long gémissement, James a joui dans le corps de Pierre, qui a joui dans le mien avant de s’effondrer sur moi.

J’étais maintenant frustrée au plus haut point et j’étais tentée d’en redemander, mais ils auraient alors pensé qu’ils pouvaient m’avoir à tout moment, alors j’ai résisté à la tentation.

Ils ont tous quitté la pièce sauf Bob, qui s’est levé et a fermé la porte, nous laissant seuls. Je l’ai regardé se déshabiller, surprise qu’il ait succombé à la tentation de faire l’amour avec une autre femme que sa femme.

Il a pressé mes tétons pour les faire se dresser avant de les sucer à tour de rôle. L’orgasme que j’ai ressenti m’a prise au dépourvu et sans aucun avertissement, je me suis mise à crier comme une folle possédée.

Il a embrassé mes seins puis a lentement fait descendre les baisers le long de mon corps jusqu’à ce qu’il trouve ma chatte, sa langue a trouvé mon clitoris et il l’a sucé dans sa bouche et une fois de plus j’ai explosé dans un orgasme béat. Je voulais qu’il soit en moi mais il a continué à sucer et à mordiller ma chatte.

“S’il te plaît, baise-moi maintenant”, ai-je chuchoté.

“Quoi”, a-t-il répondu en faisant semblant de ne pas m’avoir entendue.

“Baise-moi tout de suite !” J’ai crié juste un peu trop fort.

Il n’a pas eu besoin qu’on le lui demande deux fois et il a vite fait de me baiser pour tout ce qu’il valait. Orgasme après orgasme, mon corps explosait et je commençais à me sentir engourdie par le plaisir qu’il me donnait.

Il avait commencé depuis une bonne demi-heure quand j’ai supplié qu’il me donne son sperme, ce qu’il a fait en me donnant l’orgasme le plus extrême que j’aie jamais eu de toute ma vie.

Quand il a terminé, il y a eu une salve d’applaudissements, ils étaient tous revenus et regardaient Bob me faire, visiblement impressionnés par son endurance.

Je suis resté allongé, épuisé, tandis que chacun d’eux me baisait une fois de plus, même James s’est joint à eux et m’a donné le plaisir douloureux d’être baisé dans le cul pour la première fois.

Quand ils ont tous fini avec moi, je suis tombé dans un profond sommeil et à mon insu, eux aussi. Aucun de nous ne s’est réveillé avant midi et Pierre a décidé d’annuler la réunion prévue et de la reporter à la semaine prochaine, ce que j’attends avec impatience.