Clique sur la photo de Les sites de cul à découvrir sans tarder pour passer en privé!

Ce site regroupe les meilleurs, les plus chauds et les plus coquins de tous les sites porno en France. Du sexe sans limite de plaisir et sans limite de temps pour tous les coquins et toutes les coquines qui ont envie d’être excité et de se faire du bien. Le plaisir n’est pas forcément solitaire sur ces sites adultes, vous allez pouvoir trouver des partenaires et même venir avec votre partenaire pour vous exciter encore un peu plus. Les sites de cul à découvrir sans tarder

Elle était tranquillement assise sur son petit lit d’animal. Son visage était rouge et je pouvais dire qu’elle essayait désespérément d’éviter le contact visuel. Elle pensait qu’elle était sournoise. Du coin de l’œil, je la regardais mettre une main sous son clitoris et mettre l’autre devant pour le cacher. Elle s’est légèrement penchée vers l’avant, en mettant son poids sur cette main avant, puis a commencé à se frotter avec l’autre. Quel courage, de se masturber avec moi dans la même pièce. Je l’ai laissée continuer, me demandant jusqu’où elle irait. Un léger gémissement s’échappa de ses lèvres. “Tu vas bien, mon chou ?” lui demandai-je en me moquant. Elle n’a pas répondu. C’était inacceptable.

Je me suis levé et j’ai marché lentement vers elle. J’ai laissé ses nerfs se renforcer en passant devant son lit et j’ai fait semblant d’examiner les jouets accrochés au mur. Sa tête s’est baissée et elle a sorti sa langue, une offre silencieuse de lécher mes talons hauts lisses. Doucement, mais fermement, j’ai repoussé son visage avec mon pied. Elle ferait bon usage de cette bouche plus tard. Finalement, j’ai pris sa laisse du mur et je l’ai attachée à son col avec des mouvements lents et délibérés. Elle s’est mise à quatre pattes derrière moi lorsque je l’ai ramenée sur le canapé. Je suis retourné à l’endroit où j’étais et, avec mon accord, elle a sauté sur le coussin à côté de moi. J’ai pris la main avec laquelle elle se touchait et j’ai glissé ses doigts dans ma bouche. Son goût doux et familier a noyé tout ce qui m’entourait.

“Maître, pardonnez-moi, je vous en prie. Je n’ai pas…” Elle s’est mise à bégayer en retirant ses doigts de ma bouche. Une telle démonstration de soumission, le fait de sucer ses doigts, était généralement quelque chose que je lui réservais.

J’ai tiré sur sa laisse, rapprochant son visage du mien. “Maintenant, touche-toi encore, salope.” Sans un mot, ses doigts délicats ont disparu sous la ceinture de sa culotte. Je lui ai caressé la joue, et elle s’est jetée sur moi, mais a gardé les yeux sur le sol.

“Tu es gênée, petite lapine ? Aww, c’est tellement adorable. Ne t’inquiète pas, c’est naturel pour les lapins d’être en chaleur autour de leur maître.” J’ai gloussé avec condescendance en portant mon attention sur un de ses seins, en roulant son mamelon entre mes doigts.

“Tu ne pouvais pas t’en empêcher, n’est-ce pas ?” J’ai continué. “Même si vous saviez que c’était vilain, vous deviez prendre ce risque et vous toucher. Tu n’étais pas prête à te dégrader en me suppliant de te baiser, sale pute ? Eh bien, j’ai de la chance, parce que maintenant je peux te dégrader moi-même.” J’ai mis une main autour de son cou, mes ongles noirs et sombres s’enfonçant dans sa peau douce et délicate. “Il suffit d’un peu de douleur et tu baves à mes pieds. Peut-être que c’était votre plan depuis le début. Peut-être que c’est ce que tu voulais vraiment.”

Sa langue sortait de sa bouche en haletant. Elle se frottait encore docilement, mais ses mouvements étaient plus négligés. “Non”, continuai-je. “Je ne pense pas que tu sois assez intelligent pour penser à quelque chose comme ça. Regarde-toi maintenant – si bête que tu ne peux même pas parler.” Avec une main toujours enroulée autour de sa gorge, je lui ai pincé la langue avec mon autre pouce et mon index. “C’est tout ce que tu es. Tu n’es que mon petit lapin stupide.” Après lui avoir craché dans la bouche, j’ai lâché sa langue et essuyé mes doigts sur sa joue.

“S’il te plaît, je peux jouir ?”, elle a haleté. Ses yeux n’étaient pas concentrés et la luxure remplissait sa petite tête vide.

Je lui ai giflé la joue. “Tu penses que tu mérites de jouir après avoir été si désobéissante ? Tu es vraiment une salope stupide. Continue à te toucher, et si je pense que tu jouis, je te frappe sans raison.”

“Si près, si près, si près… Putain…” Elle gémissait, se balançant sur ses genoux. “JE… JE… Ohhhhhh…” elle gémit encore, trop perdue dans la béatitude pour même former des mots. Je lui ai serré les seins, craignant que si je ne la tenais pas, elle ne tombe du canapé.

“Dégrade-toi pour moi, contrairement à ce que tu faisais avant, et je pourrais te laisser jouir”, j’ai grogné, en mordant et en suçant son cou.

“Je… Oh, une telle salope… ne peut pas… sans Maître…” marmonnait-elle.

En m’éloignant de son cou, j’ai attrapé son poignet, le tirant de sa chatte dégoulinante. “Je t’ai dit de te dégrader, et c’est tout ce que tu peux faire ? C’est pathétique.”

“M-Master !” Maintenant qu’elle n’était plus bombardée de vagues de plaisir, son esprit a commencé à lui revenir. Son visage était rouge et ses jambes tremblaient. “Maître, s’il vous plaît, je suis si près. I…”

J’ai posé un doigt sur ses lèvres et elle s’est aussitôt tue. Puis je me suis levé et je l’ai conduite dans l’escalier recouvert de tapis jusqu’à notre chambre. Elle s’est mise à quatre pattes derrière moi, sans mot dire. Elle avait peur.

Elle s’est assise en silence sur le lit pendant que je lui attachais les bras derrière elle et que ses jambes s’ouvraient. Je voulais qu’elle reste assise le plus longtemps possible. Elle a fini par s’asseoir sur ses talons, les pieds repliés sous son ample cul. Ensuite, j’ai attaché son bâton vibrant à sa jambe et je l’ai positionné de manière à ce qu’il soit pressé contre son clitoris sensible. J’ai commencé avec le réglage le plus bas au début, en prévoyant de le remonter bientôt.

Elle tremblait et gémissait sous mes yeux lorsque je m’approchais pour lui frotter le cuir chevelu, en passant mes doigts dans ses longs cheveux doux. Ses yeux ont glissé et elle a poussé un gémissement satisfait. “Tu sais, j’en ai marre que tu enfreignes les règles. Quel est l’intérêt de dresser votre animal s’il continue à mal se comporter ?” J’ai déplacé mes mains vers ses épaules et ses bras, les massant doucement pendant que je parlais. Ses paupières ont battu des ailes. “Quelque chose doit changer, mon lapin. Alors voilà ce que nous allons faire.” Mes mains ont parcouru sa poitrine et son estomac. “Tu es tellement plus obéissant, j’ai remarqué, quand tu es excité à mort. Même maintenant, tu es comme du mastic dans mes mains. Alors je vais t’entraîner à être dans cet état avec une gâchette.” J’ai lentement descendu ses jambes jusqu’à ses pieds. “Ton bunnyspace, si tu veux. Je vais t’apprendre à te comporter, en profitant de toi quand tu es tout étourdi comme ça. Qu’est-ce que tu en penses ?”

“Oh, Maître… Uhhhh…” Sa voix s’est éteinte en un gémissement.

“Parce que c’est ce que tu voulais, non ? Tu étais excitée avant, ce qui t’a fait enfreindre les règles. Tu dois te souvenir de ce sentiment. Se sentir si docile, si obéissant, et pourtant si excité.” J’ai tourné le vibreur d’un cran et je suis allée dans mon placard. Je l’ai entendue gémir et tomber sur le côté, se retourner, essayant peut-être de secouer le vibrateur. Bien sûr, ça ne marchait pas, elle avait déjà réussi à se libérer de mon esclavage et je n’allais pas laisser cela se reproduire. Il y avait là quelque chose que je gardais depuis que nous avions introduit le jeu de rôle dans notre vie. Elle n’avait jamais voulu le porter, mais j’espérais qu’elle serait d’accord cette fois-ci.

Quand je suis retournée au lit, j’ai remis le vibrateur en marche après l’avoir tiré pour le remettre en position assise. “Vous vous souvenez de ça ?” lui demandai-je, en tenant un bandeau à oreilles de lapin devant ses yeux.

“Oui…” gémit-elle.

“Je veux utiliser ça comme déclencheur pour votre bunnyspace. Chaque fois que tu porteras ça, tu te souviendras de cet état, où tu es prêt à faire n’importe quoi pour moi. N’importe quoi pour jouir. Ne t’inquiète pas, je te laisserai jouir même si tu dis non, mais je pense que c’est le déclencheur parfait.”

Elle se balançait sur ses hanches, en réfléchissant un instant. Un petit gémissement s’échappa de ses lèvres. Ses yeux avaient brillé il y a un moment et je me suis demandé si elle pouvait même penser en phrases complètes.

“Je… tu as raison. Je suis prêt pour la prochaine étape. Je veux être ton animal de compagnie… complètement.”

La clarté de sa voix m’a choqué. “Tu es… tu es sûr de ça, mon amour ?” C’était mon tour de la choquer. La douceur de mon ton m’a même surpris.

“Oui, je veux me perdre en vous, Maître.” J’ai regardé dans ses yeux et je n’y ai trouvé que de l’amour.

En glissant le bandeau sur sa tête, je me suis penché dans son oreille et lui ai murmuré : “Cul, mon animal de compagnie.”

Le bonheur orgasmique qui s’était construit en elle a éclaté en un cri. “Ohhhh… Merci, merci, Maître… Oh, putain !” cria-t-elle alors que je mettais le vibrateur en position haute. Je me suis rapidement accroché à sa laisse, craignant une fois de plus que sa raclée ne la fasse tomber du lit. “Continue de jouir pour moi, mon lapin. Je veux te voir te sentir bien.”

Elle est tombée sur le dos alors qu’un autre orgasme la transperçait. “Merci…” Ses yeux sont retournés dans son crâne. Tout son corps tremblait alors qu’elle se tortillait sur les draps. “Ohh, Maître !” cria-t-elle. J’ai fini par lui arracher sa culotte et lui enfoncer trois doigts dans sa chatte chaude et trempée. Elle a crié une dernière fois alors que son dernier orgasme s’éclairait de l’intérieur. Je les ai gardés là jusqu’à ce que je sois sûr qu’elle avait fini de sortir de ses orgasmes. Ensuite, j’ai éteint le vibrateur et retiré mes doigts, la laissant essoufflée.

Je lui ai lentement frotté le dos alors qu’elle descendait de sa hauteur. Mais même une fois que sa respiration est redevenue normale, elle est restée silencieuse et immobile. “Bunny ?” demandai-je avec hésitation. Elle s’est retournée et la première chose que j’ai remarquée, c’est que ses yeux étaient encore à moitié fermés et flous. Mon coeur s’est accéléré. Elle m’a fait un signe de la tête, en clignant lentement des yeux. “Tu veux une friandise, mon chou ?” Elle a hoché la tête avec impatience. Je me suis dépouillé de mes vêtements et elle a immédiatement plongé pour ma chatte. De toute évidence, j’étais déjà mouillé par l’excitation de ses propres orgasmes.

Elle a taquiné ma fente avant de plonger sa langue au plus profond de moi, de la retirer après un battement de cœur, puis de revenir taquiner mes plis à nouveau. Je gémissais de frustration, faisant basculer ma tête en arrière. J’étais déjà tellement excité que cela ne prendrait pas longtemps. En me regardant dans les yeux, elle a sucé mon clitoris pendant un moment. Je savais que ce n’était qu’un moment, mais j’avais l’impression que c’était une éternité. Puis, ses yeux ont glissé et elle est retournée baiser ma fente dégoulinante avec sa langue. Je me suis emparé de ses oreilles de lapin et je l’ai maintenue immobile, préférant me frotter les hanches contre sa langue coincée. Elle gémissait et me rapprochait de plus en plus de l’orgasme par sa soumission inébranlable.

“Baise-moi, baise-moi, baise-moi…” Je pleurais, la laissant replonger sa langue en moi alors que je frottais mon clitoris sans relâche. Je jouais avec mes tétons en érection, serrant et pétrissant mes seins tandis que des vagues de plaisir me traversaient. Soudain, mon dos s’est cambré alors que l’apogée s’abattait sur moi sans prévenir. Mon animal s’est accroché à mes hanches, essayant de prolonger mon orgasme en continuant à me baiser. Je savais que mes yeux étaient ouverts, mais je ne voyais rien, alors qu’une autre vague de plaisir me traversait. “Oh putain, oh putain…” Je gémissais, m’agrippant si fort aux draps que je pensais les déchirer.

J’ai été ramené à la réalité par la sensation du visage de mon lapin enfoui dans mon cou. Il était mouillé par mon propre jus. J’ai attrapé son visage et je l’ai embrassée, en synchronisant ma respiration rapide avec son rythme plus lent. Elle s’est retirée et m’a regardé dans les yeux, me tenant la joue dans sa main. Je l’ai embrassée doucement sur le front, puis j’ai enlevé les oreilles de lapin de sa tête.

Elle soupira, le soulagement lui envahissant le visage. “Merci, Maître.” Elle a souri, me rapprochant.

“Je devrais vous remercier”, j’ai ri. “C’était incroyable, putain. Laisse-moi aller nous faire couler un bain, puis je vais changer les draps.”