Clique sur la photo de 10 orgasmes pour une salope pour passer en privé!

“Mon Dieu, Don, je crois que tu m’as fait jouir une dizaine de fois. Comment fais-tu pour tenir aussi longtemps ?”

Je venais de vider mes noix chez ma voisine de 24 ans, Nancy. La fille (à 58 ans, il m’est encore permis d’en appeler une de cet âge une “fille”) était dans une relation sérieuse avec son petit ami, Al, mais il était en voyage… et elle était excitée.

“Chérie, tu aurais dû me connaître dans mes jeunes années. Comme le dit le proverbe, “J’avais l’habitude de le faire toute la nuit… maintenant, ça me prend toute la nuit pour le faire.” Je ne suis pas sûr de pouvoir faire un aussi bon travail à chaque fois, mais j’espère que ce n’est pas la dernière fois. Vous, jeune fille, êtes bonne… très bonne.”

************

Tout a commencé il y a quelques mois, quand j’ai déménagé dans le petit mobil-home à côté de Nancy et Al. Il m’a vu décharger quelques meubles et m’a demandé s’il pouvait m’aider.
Bien sûr, j’ai accepté et nous avons réussi à décharger le chargement en un rien de temps.
Nancy préparait des hamburgers sur le grill et j’ai été invité à me joindre à eux.

J’ai appris qu’Al travaillait dans un magasin indépendant de pièces automobiles et que Nancy entraînait des chevaux. Comme la plupart des filles qui montent beaucoup, elle avait un visage simple, un cul large et un ensemble de nichons absolument génial et ferme.
Presque toujours, elle était à la maison deux ou trois heures avant Al. Ils étaient ensemble depuis près de deux ans, mais n’avaient pas d’enfants. Je leur ai fait part de mes passe-temps… la cuisine et l’écriture. C’était une bonne soirée et le lendemain, j’ai fumé un délicieux rôti de porc, fumé du maïs sur l’épi et cuit une tarte aux mûres.

Cette fois, ils sont venus souper dans mon petit patio : “Ouah, Don, c’est le meilleur maïs que j’ai jamais goûté. Qu’as-tu fait de spécial pour le rendre si bon ?”

Je lui ai expliqué qu’il fallait laisser le maïs à l’intérieur de l’enveloppe et le faire cuire lentement sur la grille supérieure de mon fumoir. Je leur ai également raconté la longue histoire de mon divorce.

“Oui, le maïs est vraiment bon, Don, mais j’ai un faible pour le porc”, a dit Al, “Quel genre de friction utilisez-vous ?”

Encore une fois, j’adore cuisiner. Je jette rarement un coup d’oeil à une recette. Mais j’ai essayé d’expliquer quels assaisonnements j’utilisais. Ce que je ne leur ai pas dit, c’est que j’avais “frotté” ma queue et mélangé mon sperme avec les autres épices, puis que je l’avais étalé sur tout le rôti. Ce qu’ils ne savaient pas ne leur ferait pas de mal, n’est-ce pas ?

Chaque fois que je préparais un repas pour mes nouveaux jeunes voisins, je réussissais à leur servir mes fluides corporels d’une manière ou d’une autre. Ouais, je sais… Je suis un malade..

Mais quelques semaines plus tard, Al a dû quitter l’État pour une convention sur les “accessoires automobiles”. J’ai préparé un pot de chili de cerf, je l’ai un peu dilué avec de la pisse, et quand j’ai vu Nancy rentrer chez elle, j’ai rempli un grand bol à la cuillère et j’ai enfilé quelques vêtements. Pour information, je suis célibataire ; personne ne vit avec moi ; je porte donc rarement des vêtements à la maison.

Une vingtaine de minutes après qu’elle soit entrée, j’ai quitté ma porte arrière et j’ai traversé notre cour. En montant les marches jusqu’à leur terrasse, j’ai eu droit à un spectacle auquel je ne m’attendais pas.

Juste à l’intérieur des portes coulissantes en verre, couché dans la lumière du soleil du soir qui les traversait, se trouvait Nancy… nue et se masturbant. De nombreuses pensées me traversaient l’esprit, mais une seule me venait à la queue…

La lumière du soleil était assez forte pour qu’elle détourne ses yeux des portes… elle n’a jamais su que je regardais. Quand j’ai vu et entendu qu’elle avait un orgasme, j’ai posé le bol de chili sur la table du patio et je suis rentré chez moi.

Dix minutes plus tard, je lui ai envoyé un texto : “As-tu trouvé le bol de chili que je t’ai laissé ?”

Le texte de retour disait : “Oui, je l’ai trouvé. Merci. Il est encore chaud, quand l’as-tu apporté ?”

“Il y a environ 15 minutes. J’allais te dire bonjour, mais j’ai vu que tu étais occupé (112).”

Il a probablement fallu encore dix minutes avant qu’elle ne réponde : “Tu m’as vue ?”

“Chaque beau centimètre.”
“OMG !”

“Pas de problème, je dois faire ça aussi. Je suis célibataire, tu te souviens ?”

“OMG ! Je ne peux pas croire ça. Ne dis rien à Al, s’il te plaît.”

“Pas de problème, profitez du chili… et je vais profiter de la vue qui s’inscrit dans ma mémoire.”

Je n’ai rien entendu d’autre de Nancy ce soir-là. Le lendemain, j’ai reçu un texto : “Le chili était très bon. Le dîner est pour moi ce soir. Chez moi, ok ?”

“Merveilleux. Est-ce que je dois me “déguiser” ?”

“Whatever…. Je serai habillé comme hier.”

“Ça me semble fantastique. Je vais faire de même.”

“Ok… les yeux seulement, cependant. Pas de sexe.”

“Grrrrr… mais je peux vivre avec ça. 5 heures ?”

“5 heures c’est bien.”

Quand j’ai tapé sur la porte vitrée, Nancy m’a fait signe d’entrer. Elle était à la cuisinière, portant un tablier, seulement. Son cul fin et large a mis ma bite au garde-à-vous, immédiatement. J’ai enlevé ma robe de chambre légère et je l’ai posée sur le dossier d’une chaise de salle à manger.

“Ouah !” elle a pointé ma queue, ça n’a pas pris longtemps.

“Il aime ton cul… et tes seins… et ce petit buisson adorable en bas.”

“Eh bien, je vais prendre ça comme un compliment. Assieds-toi là, je vais mettre le poulet et les boulettes sur la table.”

“Je peux le caresser un peu ? Si je ne le fais pas, je vais sûrement avoir des échardes sous la table.”

Elle a posé le grand bol sur la table et a souri : “Tiens, laisse-moi faire. Comme ça, on pourra manger pendant que c’est encore chaud.”

Nancy a pris ma canne dans une main et mon sac de noix dans l’autre. Elle l’a caressé pendant une minute environ, puis s’est mise à genoux. Sa petite bouche était pleine quand elle a englouti la moitié de Ol’ Fat Boy. Trente secondes plus tard, elle m’arrachait le sperme des orteils et des poumons, par le bout de ma bite dure. Ce n’était pas son premier rodéo… elle n’a jamais perdu une goutte.

“Ouf ! J’ai déjà eu des pipes, mais jamais aussi bien. Je croyais que tu avais dit “pas de sexe” ce soir.”

Elle s’est levée et a commencé à mettre la nourriture dans les assiettes, “C’est vrai. Tu dois te rappeler, Bill et Monica ont juré que les pipes n’étaient pas du sexe. Je l’accepte. Maintenant, mange.”

Après le délicieux repas, j’ai demandé : “Et si je te mangeais, ça serait du sexe ?”

“Je n’ai pas peur d’avoir des échardes. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. C’est la chatte d’Al, Don. Pour l’instant, je pense qu’il vaut mieux que ça reste comme ça.”

On a regardé un peu la télé et on a mangé un gâteau aux fraises en dessert. Elle m’a taquiné en léchant la crème fouettée avec sa langue et en grattant la peau des baies avec ses dents. Il était facile de voir qu’elle était contente d’elle-même, car ses manipulations rendaient mon arbre à nouveau dur.

“Tu sais que je ne vais pas pouvoir en supporter davantage.”

“Et alors ?”

“Alors écarte les jambes et laisse-moi manger cette chatte. Tu ne le regretteras pas…”

***********

Cela me ramène à l’endroit où cette histoire a commencé. Nancy et moi, nous nous faisons plaisir depuis près d’un an maintenant. Elle vient d’apprendre qu’elle est enceinte et elle avait peur que le bébé soit de moi, ce qui mettrait fin à son mariage avec Al. Je lui ai dit de ne pas s’inquiéter, j’avais subi une vasectomie il y a plusieurs années.

Je ne l’ai pas fait… mais ça l’a soulagée… et je la baise toujours.

Visiter et apprécier le site 10 orgasmes pour une salope