Clique sur la photo de Récit d’une aventure sans lendemain pour passer en privé!

Elle ne peut pas s’empêcher de soupirer quand sa langue tourne autour de son clitoris. Sa bouche est parfaite, et il est si doué pour lui faire plaisir avec ça, comme il l’a déjà prouvé deux fois ce soir. Ses doigts s’enroulent sur le haut de la tête de lit alors qu’elle pousse sa chatte contre ses lèvres. En chevauchant son visage, elle a l’impression de contrôler la situation, ce qu’elle veut ce soir. Et les bruits qu’il fait lorsqu’il est entouré de ses cuisses l’excitent encore plus. Non seulement il sait exactement comment la lécher, mais il aime le faire pendant très, très longtemps. Elle n’a jamais eu personne pour la lécher assez longtemps jusqu’à ce qu’elle le rencontre.

Ses lèvres entourent son clitoris, et sa langue fait des mouvements de va-et-vient. Sa tête tombe en avant, ses cheveux noirs formant un rideau autour de son visage lorsqu’elle le regarde dans les yeux. Il la regarde, mais sa langue ne cesse de bouger d’avant en arrière. La façon dont il se concentre sur elle avec ses yeux et sa bouche lui donne l’impression qu’il ne veut rien d’autre que lui faire plaisir. Ses mains lui coupent le cul et le serrent alors que sa langue est implacable.

Ce soir, c’est le grand soir, mais il n’en a aucune idée. Ils ont déjà parlé du fait qu’elle le doigte, alors elle sait qu’il en a envie. Il en a besoin. Même si ce n’est pas sa première fois, elle est honorée d’être sa première. En pensant à ce qu’il ressentira lorsqu’elle glissera un doigt en lui, elle sera encore plus mouillée et se mettra à lui grincer la bouche. Elle peut dire qu’il veut la faire jouir à nouveau. Il le supplie de le faire, le cou se cambre pour se rapprocher, et elle l’entend gémir alors que sa bouche s’accroche à son clitoris et le suce.

Elle se demande quels bruits il fera quand elle bouclera son doigt en lui, ce qui rend impossible de retenir son orgasme. Elle se met à pulser et s’allonge d’une main pour saisir ses cheveux, le tenant contre elle. Elle crie avec plaisir, éjacule très fort et chevauche sa bouche en pulsant encore et encore. Le troisième orgasme est toujours le meilleur, mais il la rend très enflée et sensible. Elle finit par lâcher ses cheveux et se met à genoux au-dessus de lui, sa chatte luisant.

En regardant vers le bas, elle peut voir tout son visage maintenant qu’elle n’était pas assise dessus. La moitié inférieure de son visage brille de ses sucs, et il sourit. “Tu as tellement bon goût”, dit-il alors que sa langue se faufile pour lui lécher les lèvres pendant que ses mains caressent l’extérieur de ses cuisses.

“Et tu me fais me sentir si bien”, lui répond-elle. “C’est l’heure de ta récompense.” Ses yeux s’élargissent, et ses mains se resserrent sur ses jambes. Elle l’a récompensé de différentes manières depuis leur rencontre il y a quelques mois, mais il n’a aucune idée qu’il va recevoir une nouvelle récompense ce soir. “Maintenant, regardez-moi”, demande-t-elle en plaçant sa main droite sur son sein droit. Elle pince son mamelon, puis fait glisser sa main lentement jusqu’au milieu de son ventre, puis descend encore plus bas jusqu’à ce que son majeur effleure son clitoris. Sa langue est si sensible qu’elle lui fait mal avec plaisir. Résistant à l’envie de la frotter plus fort, elle continue jusqu’à ce que son majeur glisse à travers les lèvres de sa chatte, et que le bout repose enfin juste contre son entrée.

Bien que ses yeux soient rivés à sa main et qu’elle ne cligne pas des yeux, elle lui demande encore : “Tu regardes ?

Sa voix craque lorsqu’il essaie de répondre et doit se racler la gorge pour réessayer. “Mon Dieu, oui.” Sa voix est rauque et il respire très vite. Elle glisse lentement son majeur dans sa chatte. Ses yeux sont grands et le regardent disparaître en elle. Même s’il vient de la lécher pendant trois orgasmes, elle sait qu’il aimerait bien recommencer.

Bien qu’elle adore sa bouche sur elle, elle ne sera pas dissuadée parce qu’elle veut qu’il ait cette douce récompense. Une fois que son doigt est bien en elle, elle le remue juste un peu parce qu’il lui fait trop plaisir pour résister. Puis elle le fait glisser plusieurs fois, et ils peuvent tous deux entendre à quel point elle est mouillée. Il gémit, et ce bruit de désir et de supplication la fait frissonner. Elle retire son doigt, encore plus lentement qu’elle ne l’a fait glisser, pour qu’il puisse apprécier de voir chaque centimètre réapparaître.

Elle tient ce doigt devant lui. “Tu vois ce que tu me fais ?” lui demande-t-elle. “Tu vois comme je suis mouillée pour toi ?” Elle commence à se trémousser sur son corps et, une fois que ses genoux sont à cheval sur son ventre, elle se penche et appuie le haut de son corps sur ses coudes, près de ses épaules. “Voilà à quel point tu m’as fait plaisir”, chuchote-t-elle, en lui laissant sa bouche et en lui léchant la lèvre inférieure d’un seul coup de langue pour qu’elle puisse se goûter. C’est délicieux. Elle recule et se baisse encore plus en laissant ses tétons traîner sur sa poitrine.

Sa chatte frôle sa bite, et elle saute. Elle sourit à la façon dont sa bite l’adore mais continue de glisser vers le bas et lui ouvre les cuisses avec son genou. Il les écarte immédiatement pour qu’elle puisse s’agenouiller entre ses jambes face à lui. Elle regarde sa bite, très fort et qui fuit tellement, comme elle l’aime.

En levant les yeux et en le regardant, elle commande : “Lève les genoux”.

Son visage devient rouge lorsqu’il lui demande : “Vraiment ?

Elle sait qu’il a utilisé un plug anal tout seul avant leur rencontre, mais il n’a jamais eu de femme en lui… jusqu’à ce soir. Et elle veut que ce soit si merveilleux pour lui. Elle sourit affectueusement et répond simplement “Oui”.

Son gémissement l’excite encore plus lorsqu’il plie ses jambes et les soulève jusqu’à ce qu’il puisse saisir ses genoux. “C’est tout simplement parfait”, dit-elle. “J’ai besoin que vos genoux soient hauts et écartés pour que je puisse tous vous voir.” Elle regarde son cul se serrer dans l’attente. “Ce joli trou m’attend. Je t’aime si ouverte et si nécessiteuse comme ça. Si désespérée pour moi.”

Elle lève son doigt mouillé pour qu’il puisse le voir encore couvert de son jus épais et crémeux. “C’est le doigt qui va à l’intérieur de toi”, dit-elle. “Celui-là. Et pas seulement parce qu’il est mouillé, et c’est plus facile.” Elle secoue lentement la tête. “Oh non, celui-là va en toi parce qu’il est couvert de moi. Je veux te marquer à l’intérieur.”

Dès qu’elle place son doigt contre son trou, il frissonne. Elle sait qu’il le veut tellement, et elle a hâte de lui donner ça. Elle pousse son doigt jusqu’à ce qu’il sente la délicieuse pression, mais elle ne pousse pas assez fort pour faire cette première entrée à l’intérieur.

“Es-tu prête ?” demande-t-elle. Ses yeux ont l’air fous, et il avale d’un coup sec, en hochant la tête pour indiquer qu’il est prêt. “Je ne t’entends pas”, dit-elle fermement avec un ton d’avertissement.

Il s’éclaircit la gorge et dit : “Désolé, je sais. Utilisez mes mots. Mes mots.” Ses hanches s’enfoncent, essayant d’attirer ce doigt en lui, mais elle ne le laisse pas encore glisser. Sa bite dégouline tellement qu’elle lui donne l’eau à la bouche. Il gémit dans le besoin, ce qui lui met toujours des papillons dans le ventre et la fait tremper pour lui. Elle sait que ce gémissement signifie qu’il est désespéré et qu’il a besoin d’elle. Il devient toujours si chaud et si dur quand il la lèche, et elle veut continuer à pousser cette excitation de plus en plus haut.

Trouvant enfin sa voix, il lui dit : “S’il te plaît, mon amour. Putain, s’il te plaît, pousse. Je suis prêt. J’ai besoin de ça. J’ai besoin de toi.” Son besoin l’atteint à chaque fois, et elle ne peut jamais y résister. Elle pousse son doigt juste un peu plus fort jusqu’à ce que le bout se mette à l’intérieur de son doux et serré cul.

Ses yeux sont grands, et il halète. Elle attend, aimant le fait qu’il semble déjà accablé alors qu’elle est à peine à l’intérieur de lui. “Maintenant”, dit-elle. “Tu vas être très, très bon et ne pas jouir jusqu’à ce que je te laisse faire, hein ?” Il grogne et commence à se tortiller.

Avant qu’il ne réponde, elle commence à glisser lentement en lui. “Yesssss”, siffle-t-il en courbant le dos dans un doux plaisir. Elle n’est pas sûre qu’il réponde à sa question ou qu’il réagisse à son doigt, mais cela n’a pas d’importance. Elle continue à pousser jusqu’à ce que ce doigt soit complètement à l’intérieur de lui, et que sa paume repose contre ses couilles. Il se sent tellement bien, et elle adore ça.

“Tu es vraiment magnifique avec mon doigt en toi”, murmure-t-elle en enfonçant son doigt un peu plus profondément. Elle se penche sur lui, sans bouger son doigt, et lui embrasse le ventre. Les muscles se contractent sous ses lèvres, ce qui la fait sourire en voyant à quel point sa peau est sensible quand il est aussi excité. Elle fait glisser sa bouche un peu plus bas vers le bout de sa bite et l’embrasse à nouveau. Ses hanches remontent, essayant de faire pression sur sa bite, mais elle ne le laisse pas faire. Elle ne le laisse pas faire.

Son doigt est encore au fond de lui, il ne bouge pas. Elle sait aussi que ça le tue d’attendre qu’elle bouge. L’allumeuse le rend encore plus chaud et plus doux. Elle muselle doucement sa balle gauche, puis sa droite. En revenant sur la gauche, elle y dépose un baiser chaud et ouvert et finit par remuer son doigt en lui pour la première fois.

Son dos se cambre brusquement lorsqu’elle le lèche doucement. Son doigt continue à bouger lentement alors qu’elle lèche un chemin jusqu’à la tête de sa bite. “Mon amour, comment dureras-tu une fois que j’aurai trouvé ta prostate ?” Elle le sent se serrer autour de son doigt, ce qui la fait sourire. Sa bite dure rebondit pratiquement, et sa langue glisse sur la tête pour le goûter.

“J’ai juste…” commence-t-il. “Je ne peux pas…” Il est haletant et ne peut pas sortir une phrase complète.

En tirant lentement sur son doigt jusqu’à ce qu’il ne reste que le bout, elle s’arrête pour demander : “Vous ne pouvez pas quoi ? Vous ne pouvez pas attendre ?” Avant qu’il ne puisse répondre, elle repousse son doigt, juste un peu plus vite et plus fermement qu’auparavant. Le bruit qu’il fait dans sa gorge est si profond et si pénible, qu’il lui donne envie de l’entendre à nouveau. Et encore. Et encore.

Cette fois-ci, quand elle met son doigt en lui jusqu’au bout, elle se recourbe pour chercher. “Dis-moi, chérie”, dit-elle en continuant à chercher cet endroit qui, elle le sait, le rendra complètement fou. “Est-ce que c’est comme tu l’avais imaginé ?”

“C’est tellement… putain… même pas… proche… oh mon Dieu.” Ses articulations sont blanches, il serre les genoux pour se maintenir écarté pour elle. “S’il vous plaît. Oh, s’il vous plaît.” Elle aime quand il supplie.

Puis son doigt trouve exactement ce dont il a besoin. Elle sent cette douce bosse et sourit. Parfait. Elle frotte fermement son doigt contre lui, et il lâche ses genoux, claquant ses talons sur le lit. “Putain oui !” crie-t-il, en se cognant les hanches vers elle.

Elle éloigne son doigt de cette petite bosse parfaite et glisse vers le bout. Elle fait une pause et demande : “Oui, quoi ?”

Il se cogne la tête d’un côté à l’autre. “Refais ça. Touchez-moi là, s’il vous plaît. Encore. Frottez. J’en ai besoin. Je dois jouir. J’ai besoin de jouir pour toi. J’ai besoin de toi. Putain. Je ne peux pas attendre. Je t’en prie. Fais-moi un doigt… jusqu’à ce que je jouisse si fort… Je ferais n’importe quoi… S’il vous plaît… n’importe quoi.” Ses mots sont rapides et se rejoignent dans son désespoir.

Elle aime le faire jouir, mais elle veut augmenter son plaisir juste un tout petit peu plus. Il ne se fait doigter qu’une seule fois, et elle veut le faire exploser. “Ne vous inquiétez pas”, dit-elle en se glissant à nouveau en lui. “Je prendrai bien soin de toi, ma chérie.” Quand son doigt est à l’intérieur, elle lui frotte la prostate une fois. Deux fois. Puis elle fait glisser son doigt jusqu’au bout et recommence.

Son gémissement est constant, et son doigt s’enfonce sans relâche, frotte deux fois, puis glisse vers l’extérieur. Mais ce n’est pas tout à fait suffisant pour le pousser par-dessus bord. “J’aime être en toi. Tu es si chaud et si serré.” Poussant, frottant, tirant. “Comme si tu étais fait pour moi.” Entrer, frotter, sortir. “C’est exactement notre place.” Encore une fois.

Ses mots le rendent fou, et il ne peut plus attendre. Il tend la main à sa bite pour la caresser, mais elle lui donne une claque. “La mienne”, dit-elle en enfonçant une dernière fois son doigt dans son corps et en le maintenant immobile.

“Écoute-moi”, demande-t-elle, en attendant que ses yeux se concentrent sur les siens. “J’aime que mon sperme soit en toi sur mon doigt. Maintenant, je veux que ton sperme soit en moi.” Avant qu’il ne puisse pleinement comprendre ses paroles, elle se penche et prend sa bite entre ses lèvres. Elle commence à le faire entrer et sortir de sa bouche chaude et humide au même rythme qu’elle frotte sa prostate d’avant en arrière et d’arrière en avant.

Il commence à gémir, “Baiser, baiser, baiser”, et à chaque mot, il devient plus fort et plus désespéré. Elle pousse son doigt un peu plus profondément et frotte sa prostate un peu plus fort et plus vite tout en le suçant si bien.

Il est perdu dans le plaisir, et un gémissement aigu lui échappe de la gorge alors que sa prostate gonfle et devient très dure. Elle sent son cul se contracter autour de son doigt une fois, deux fois, puis le sent tirer du sperme dans sa bouche. Elle aime sentir son cul se serrer de plaisir quand il crie son nom. Elle avale et suce doucement tandis qu’il continue à jouir et à pousser ses hanches vers l’avant à chaque pulsation.

Elle attend que tout son corps se détende et s’enfonce dans le lit. En glissant lentement son doigt hors de lui, elle sent son corps se contracter. Elle avale la dernière goutte d’un délicieux sperme puis retire sa bouche de sa queue. Posant son menton sur sa hanche, elle le regarde et ne peut s’empêcher de sourire.

Il regarde en bas et cligne lentement des yeux tout en lui chuchotant son nom. Elle lui fait un clin d’œil et lui dit : “Nous allons le refaire, mon amour”.

Visiter et apprécier le site Récit d’une aventure sans lendemain